LA GRANDE RENAISSANCE VENITIENNE                          – Tintoret, « le séquestré de Venise »                             12 juin 2024                                                                Gérard SACCOCCINI                                                      Conférencier en Histoire de l’Art

Jacopo Tintoretto - Self-Portrait -  

 Ancrée fortement dans la réalité de sa ville, l’activité de Tintoret est marquée par son étrange statut de « prisonnier volontaire » qualifié par Jean-Paul Sartre de « Séquestré de Venise ». La technique d’utilisation simultanée du trait et de la couleur, associée à celle de peindre en même temps qu’il dessine, aboutit à un état : s’abstraire du trait qui n’existe pas dans la nature ! Et au constat qu’il n’est pas le lien absolu de toutes les nuances évanescentes, fragiles et fugitives !                                            Et qu’en finalité, seule » l’intelligence de la main » peut les restituer ! Pour révéler le caractère sublime du colorito vénitien, Tintoret substitue au dessin son tour de main que rythme une subtile pression des soies du pinceau pour servir ses audaces spatiales inédites.